À quels changements corporels pouvez-vous vous attendre pendant la grossesse ?

changements-grossesse

La grossesse apporte une variété de changements à l’organisme. Il peut s’agir de changements courants et prévus, comme l’enflure et la rétention d’eau, ou de changements moins familiers, comme les changements de la vision. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus à leur sujet.

 

Changements hormonaux pendant la grossesse

Les changements hormonaux et physiologiques qui accompagnent la grossesse sont uniques.

Les femmes enceintes connaissent des augmentations soudaines et spectaculaires des taux d’œstrogènes et de progestérone. Elles subissent également des changements dans la quantité et la fonction d’un certain nombre d’autres hormones.

 

Ces changements n’affectent pas seulement l’humeur. Ils peuvent aussi  :

  • créer l' »éclat » de la grossesse
  • aider de façon significative au développement du fœtus
  • modifier l’impact physique de l’exercice et de l’activité physique sur l’organisme

Modifications des œstrogènes et de la progestérone

Les œstrogènes et la progestérone sont les principales hormones de grossesse. Une femme produira plus d’œstrogènes pendant une grossesse que pendant toute sa vie si elle n’est pas enceinte.

L’augmentation des œstrogènes pendant la grossesse permet à l’utérus et au placenta de  :

  • améliorer la vascularisation (formation de vaisseaux sanguins)
  • transférer les nutriments
  • soutenir le bébé en développement

En outre, on pense que l’œstrogène joue un rôle important dans le développement et la maturation du fœtus.

Les taux d’œstrogènes augmentent régulièrement pendant la grossesse et atteignent leur maximum au cours du troisième trimestre.

L’augmentation rapide des taux d’œstrogènes au cours du premier trimestre peut causer certaines des nausées associées à la grossesse.

Au cours du deuxième trimestre, elle joue un rôle majeur dans le développement des canaux lactifères qui élargissent les seins.

Les taux de progestérone sont également extraordinairement élevés pendant la grossesse. Les modifications de la progestérone entraînent un relâchement ou un relâchement des ligaments et des articulations dans tout le corps. En outre, des taux élevés de progestérone entraînent une augmentation de la taille des structures internes, comme les uretères. Les uretères relient les reins à la vessie maternelle.

La progestérone est également importante pour transformer l’utérus de la taille d’une petite poire – dans son état non enceinte – en un utérus qui peut accueillir un bébé à terme.

Hormones de grossesse et blessures liées à l’exercice

Bien que ces hormones soient absolument essentielles à une grossesse réussie, elles peuvent aussi rendre l’exercice plus difficile. Comme les ligaments sont plus lâches, les femmes enceintes peuvent être plus à risque d’entorses et de foulures de la cheville ou du genou. Cependant, aucune étude n’a documenté une augmentation du taux de blessures pendant la grossesse.

Toute la posture d’une femme enceinte change. Ses seins sont plus gros. Son abdomen se transforme de plat ou concave à très convexe, augmentant la courbure de son dos. L’effet combiné déplace le centre de gravité vers l’avant et peut entraîner des changements dans son sens de l’équilibre.

Gain de poids, rétention d’eau et activité physique

Le gain de poids chez les femmes enceintes augmente la charge de travail de l’organisme à la suite de toute activité physique. Ce poids et cette gravité supplémentaires ralentissent la circulation du sang et des fluides corporels, en particulier dans les membres inférieurs.

Par conséquent, les femmes enceintes retiennent les liquides et présentent un gonflement du visage et des membres. Ce poids d’eau ajoute une autre limitation à l’exercice.

Beaucoup de femmes commencent à remarquer un léger gonflement au cours du deuxième trimestre. Elle se poursuit souvent jusqu’au troisième trimestre. Cette augmentation de la rétention d’eau est responsable d’un gain de poids important chez les femmes enceintes.

Voici quelques conseils pour soulager l’enflure :

  • repos
  • éviter les longues périodes d’immobilisation
  • éviter la caféine et le sodium
  • augmenter le potassium alimentaire

Le gain de poids est habituellement la principale raison pour laquelle le corps ne peut tolérer les niveaux d’exercice avant la grossesse. Cela s’applique même aux athlètes chevronnés, d’élite ou professionnels. Les tensions ligamentaires rondes, l’augmentation de la taille de l’utérus et l’instabilité pelvienne due au relâchement des ligaments peuvent entraîner un inconfort accru pendant l’exercice.

 

Changements sensoriels

La grossesse peut changer radicalement la façon dont une femme vit le monde à travers la vue, le goût et l’odorat.

Changements de la vision

Certaines femmes présentent des changements de vision pendant la grossesse, caractérisés par une myopie accrue. Les chercheurs ne connaissent pas les mécanismes biologiques précis qui sous-tendent les changements dans la vision. La plupart des femmes reprennent leur vision d’avant la grossesse après l’accouchement.

Les changements courants pendant la grossesse comprennent le flou et l’inconfort causés par les lentilles cornéennes. Les femmes enceintes connaissent souvent une augmentation de la pression intraoculaire. Les femmes atteintes de pré-éclampsie ou de diabète gestationnel peuvent être exposées à un risque élevé de problèmes oculaires rares, comme le décollement de la rétine ou la perte de vision.

Changements de goût et d’odeur

La plupart des femmes éprouvent des changements dans leur sens du goût pendant la grossesse. Elles préfèrent généralement les aliments plus salés et plus sucrés que les femmes non enceintes. Ils ont également un seuil plus élevé pour les goûts aigre, salé et sucré forts. La dysgueusie, une diminution de la capacité gustative, se manifeste le plus souvent au cours du premier trimestre de la grossesse.

Certaines préférences gustatives peuvent varier d’un trimestre à l’autre. Bien que de nombreuses femmes éprouvent un sens du goût émoussé pendant une courte période de temps après l’accouchement, elles retrouvent généralement leur pleine capacité gustative après la grossesse.

Certaines femmes ont également un goût métallique dans la bouche pendant la grossesse. Cela peut aggraver les nausées et indiquer un déséquilibre nutritionnel

Parfois, les femmes enceintes signalent aussi des changements dans leur odorat. Beaucoup décrivent une conscience et une sensibilité accrues à une variété d’odeurs. Il existe peu de données cohérentes et fiables indiquant que les femmes enceintes remarquent et identifient certaines odeurs et leur intensité plus que leurs homologues non enceintes. Néanmoins, la grande majorité des femmes enceintes signalent une augmentation perçue de leur propre sensibilité aux odeurs.

Modifications des seins et du col de l’utérus

Les changements hormonaux, qui commencent au cours du premier trimestre, entraînent de nombreux changements physiologiques dans tout le corps. Ces changements aident à préparer le corps de la mère à la grossesse, à l’accouchement et à l’allaitement.

Changements mammaires

Les seins des femmes enceintes subissent souvent une série de changements importants pendant la grossesse alors que leur corps se prépare à fournir du lait au nouveau-né. Les hormones de grossesse qui affectent la pigmentation de la peau foncent souvent l’aréole. Au fur et à mesure que les seins grandissent, les femmes enceintes peuvent ressentir de la sensibilité ou de la sensibilité et remarquer que les veines sont plus foncées et que les mamelons font saillie plus qu’avant la grossesse.

Certaines femmes peuvent développer des vergetures sur les seins, surtout si leur croissance est rapide. Beaucoup de femmes remarqueront également une augmentation de la taille du mamelon et de l’aréole.

De petites bosses sur les aréoles apparaissent souvent. La plupart des femmes commenceront à produire, et même à « fuir », de petites quantités d’une substance épaisse et jaunâtre au cours du deuxième trimestre. Cette substance est également connue sous le nom de colostrum. En plus de produire le colostrum pour la première tétée du bébé, les canaux de lait dans les seins se dilatent en vue de la production et du stockage du lait.

Certaines femmes peuvent remarquer de petites grumeaux dans les tissus mammaires, qui peuvent être causés par des canaux lactifères obstrués. Si les grumeaux ne disparaissent pas après quelques jours de massage et de réchauffement des seins avec de l’eau ou une débarbouillette, un médecin devrait examiner la bosse à la prochaine visite prénatale.

Changements cervicaux

Le col de l’utérus, ou l’entrée dans l’utérus, subit des changements physiques pendant la grossesse et le travail. Chez de nombreuses femmes, les tissus du col de l’utérus s’épaississent et deviennent fermes et glandulaires. Jusqu’à quelques semaines avant l’accouchement, le col de l’utérus peut se ramollir et se dilater légèrement sous la pression du bébé en croissance.

Au début de la grossesse, le col de l’utérus produit un bouchon de mucus épais pour sceller l’utérus. Le bouchon est souvent expulsé à la fin de la grossesse ou pendant l’accouchement. C’est ce qu’on appelle aussi un spectacle sanglant. Les muqueuses striées d’une petite quantité de sang sont fréquentes lorsque l’utérus se prépare au travail.

Avant l’accouchement, le col de l’utérus se dilate considérablement, se ramollit et s’amincit, permettant au bébé de passer par le canal de naissance.

Changements dans les cheveux, la peau et les ongles

De nombreuses femmes connaîtront des changements dans l’apparence physique de leur peau pendant la grossesse. Bien que la plupart soient temporaires, certaines – comme les vergetures – peuvent entraîner des changements permanents. De plus, les femmes qui subissent certains de ces changements cutanés pendant la grossesse sont plus susceptibles d’en subir à nouveau au cours de grossesses futures ou même lorsqu’elles prennent des contraceptifs hormonaux.

Changements de cheveux et d’ongles

Beaucoup de femmes connaissent des changements dans la pousse des cheveux et des ongles pendant la grossesse. Les changements hormonaux peuvent parfois causer une perte de cheveux excessive ou la perte de cheveux. C’est particulièrement vrai chez les femmes ayant des antécédents familiaux d’alopécie féminine.

Mais beaucoup de femmes connaissent la croissance et l’épaississement de cheveux pendant la grossesse et peuvent même noter la croissance de cheveux dans les endroits non désirés. La croissance des poils sur le visage, les bras, les jambes ou le dos peut se produire. La plupart des changements dans la croissance des cheveux reviennent à la normale après la naissance du bébé.

Cependant, il est fréquent que la perte de cheveux ou l’augmentation de la perte de cheveux se produisent jusqu’à un an après l’accouchement, car les follicules pileux et les niveaux hormonaux se régulent eux-mêmes sans l’influence des hormones de grossesse.

Beaucoup de femmes connaissent également une croissance plus rapide des ongles pendant la grossesse. Bien manger et prendre des vitamines prénatales ajoute aux hormones de croissance de la grossesse. Bien que certains puissent trouver le changement souhaitable, beaucoup peuvent noter une augmentation de la fragilité des ongles, des cassures, des sillons ou de la kératose.

Des changements alimentaires sains pour augmenter la force des ongles peuvent aider à prévenir les cassures sans l’utilisation de produits chimiques pour les ongles.

« Masque » de grossesse et d’hyperpigmentation

La grande majorité des femmes enceintes souffrent d’un certain type d’hyperpigmentation pendant la grossesse. Il s’agit d’un assombrissement du teint des parties du corps telles que les aréoles, les organes génitaux, les cicatrices et la linea alba (une ligne sombre) au milieu de l’abdomen. L’hyperpigmentation peut survenir chez les femmes de n’importe quelle couleur de peau, bien qu’elle soit plus fréquente chez les femmes au teint plus foncé.

De plus, jusqu’à 70 % des femmes enceintes présentent un assombrissement de la peau du visage. Cette condition est connue sous le nom de mélasme, ou le « masque » de la grossesse. Elle peut être aggravée par l’exposition au soleil et les radiations, c’est pourquoi un écran solaire à large spectre UVA/UVB doit être utilisé quotidiennement pendant la grossesse. Dans la plupart des cas, le mélasme se résout après la grossesse.

Vergetures

Les vergetures (striae gravidarum) sont peut-être le changement cutané le plus connu de la grossesse. Elles sont causées par une combinaison d’étirement physique de la peau et les effets des changements hormonaux sur l’élasticité de la peau. Jusqu’à 90 % des femmes présentent des vergetures au troisième trimestre de la grossesse, souvent sur les seins et l’abdomen.

Bien que les vergetures rose-violet ne disparaissent jamais complètement, elles s’estompent souvent à la couleur de la peau environnante et se rétrécissent dans la taille post-partum. Les vergetures peuvent causer des démangeaisons, alors appliquez des crèmes pour adoucir et réduire l’envie de se gratter et éventuellement endommager la peau.

Changements de taupes et de taches de rousseur

L’hyperpigmentation causée par les changements hormonaux pendant la grossesse peut causer des changements de couleur des grains de beauté et des taches de rousseur. Certains assombrissements des grains de beauté, des taches de rousseur et des taches de naissance peuvent être inoffensifs. Mais c’est toujours une bonne idée de consulter un dermatologue ou un médecin au sujet des changements de taille, de couleur ou de forme.

Les hormones de grossesse peuvent aussi causer l’apparition de taches foncées sur la peau qui sont souvent inévitables. Bien que la plupart des changements de pigmentation de la peau s’estompent ou disparaissent après la grossesse, certains changements dans la couleur des taches de rousseur ou des grains de beauté peuvent être permanents. C’est une bonne idée d’effectuer un examen de la peau pour déceler un cancer de la peau potentiel ou des affections cutanées propres à la grossesse si vous remarquez des changements.

Éruptions cutanées et furoncles propres à la grossesse

De faibles pourcentages de femmes peuvent souffrir d’affections cutanées propres à la grossesse, telles que la PUPPP (papules urticariennes prurigineuses et plaques de grossesse) et la folliculite. La plupart des conditions impliquent des pustules et des bosses rouges le long de l’abdomen, des jambes, des bras ou du dos.

Bien que la plupart des éruptions cutanées soient inoffensives et disparaissent rapidement après l’accouchement, certaines affections cutanées peuvent être associées à un accouchement prématuré ou à des problèmes pour le bébé. Il s’agit notamment de la cholestase intrahépatique et de la gestation de pemphigoïdes.

Modifications du système circulatoire

Ce qui suit est courant pendant la grossesse :

  • souffler et souffler en montant les escaliers
  • sensation d’étourdissement après s’être rapidement levé
  • changements dans la tension artérielle

En raison de l’expansion rapide des vaisseaux sanguins et du stress accru sur le cœur et les poumons, les femmes enceintes produisent plus de sang et doivent faire preuve de plus de prudence à l’exercice que les femmes non enceintes.

Pouls et volume sanguin pendant la grossesse

Au cours du deuxième trimestre de la grossesse, le cœur de la mère au repos travaille de 30 à 50 pour cent.

La plus grande partie de cette augmentation résulte d’un cœur plus efficace, qui éjecte plus de sang à chaque battement. La fréquence cardiaque peut augmenter jusqu’à 15 à 20 % pendant la grossesse. Il n’est pas rare d’approcher 90 à 100 battements par minute au troisième trimestre.

Le volume sanguin augmente progressivement pendant la grossesse jusqu’au dernier mois.

Le volume de plasma augmente de 40 à 50 % et la masse de globules rouges de 20 à 30 %, d’où la nécessité d’un apport accru en fer et en acide folique.

Tension artérielle et exercice

Il existe deux types de changements circulatoires qui peuvent avoir un impact sur l’exercice pendant la grossesse. Les hormones de grossesse peuvent soudainement affecter le tonus des vaisseaux sanguins. Une perte soudaine de tonus peut entraîner une sensation de vertige et peut-être même une brève perte de conscience. C’est parce que la perte de pression envoie moins de sang au cerveau et au système nerveux central.

De plus, un exercice vigoureux peut entraîner une diminution du flux sanguin vers l’utérus tout en détournant le sang vers les muscles. Cependant, il n’a pas été démontré que cela a un impact à long terme sur le bébé.

Ceci peut être bénéfique pour la croissance placentaire et fœtale et le gain de poids.

Étourdissements et évanouissements

Une autre forme de vertige peut résulter du fait de se coucher à plat sur le dos. Ces étourdissements sont plus fréquents après 24 semaines. Cependant, il peut se produire plus tôt pendant les grossesses multifœtales ou avec des conditions qui augmentent le liquide amniotique.

Allongé à plat sur le dos, il comprime le gros vaisseau sanguin qui mène du bas du corps au cœur, aussi connu sous le nom de veine cave. Cela diminue le flux sanguin vers et depuis le cœur, ce qui entraîne une baisse soudaine et dramatique de la tension artérielle. Cela peut causer des étourdissements ou une perte de conscience.

Après le premier trimestre, il n’est pas recommandé de faire des exercices qui consistent à se coucher sur le dos en raison de l’impact de la compression des vaisseaux sanguins. Le fait de s’allonger sur le côté gauche peut aider à soulager les étourdissements et constitue une position saine pour le sommeil.

Les femmes qui souffrent de l’une ou l’autre de ces conditions, en particulier pendant l’exercice, devraient consulter leur médecin.

Changements respiratoires et métaboliques

Les femmes enceintes connaissent une augmentation de la quantité d’oxygène qu’elles transportent dans leur sang. Ceci est dû à la demande accrue de sang et à la dilatation des vaisseaux sanguins. Cette croissance entraîne une augmentation des taux métaboliques pendant la grossesse, ce qui oblige les femmes à augmenter leur apport énergétique et à faire preuve de prudence pendant les périodes d’effort physique.

Respiration et taux d’oxygène dans le sang

Pendant la grossesse, la quantité d’air entrant et sortant des poumons augmente de 30 à 50 %.

Chaque respiration a un plus grand volume d’air et le rythme respiratoire augmente légèrement. Au fur et à mesure que l’utérus s’élargit, l’espace pour le mouvement du diaphragme peut être limité. Par conséquent, certaines femmes signalent qu’elles ont de plus en plus de difficulté à prendre de grandes respirations.

Même sans exercice, ces changements peuvent causer un essoufflement ou la sensation d’avoir « faim d’air ». Les programmes d’exercice physique peuvent aggraver ces symptômes.

Dans l’ensemble, les femmes enceintes ont des taux d’oxygène dans le sang plus élevés. Des études ont montré que les femmes enceintes consomment plus d’oxygène au repos. Cela ne semble pas avoir d’impact sur la quantité d’oxygène disponible pour l’exercice ou tout autre travail physique pendant la grossesse.

Taux métabolique

Le taux métabolique de base ou de repos (RMR), la quantité d’énergie que l’organisme dépense au repos, augmente considérablement pendant la grossesse. Ceci est mesuré par la quantité d’oxygène utilisée pendant les périodes de repos total. Il aide à estimer la quantité d’énergie nécessaire pour maintenir ou prendre du poids. Les changements dans les taux métaboliques expliquent la nécessité d’augmenter la consommation de calories pendant la grossesse.

Le corps d’une femme enceinte augmente lentement ses besoins en énergie pour aider à alimenter les changements et la croissance de la mère et du bébé.

Les taux métaboliques augmentent considérablement après seulement 15 semaines de gestation et atteignent leur maximum au cours du troisième trimestre de la plus grande phase de croissance. Cette augmentation du taux métabolique peut exposer les femmes enceintes à un risque plus élevé d’hypoglycémie ou d’hypoglycémie.

Bien que le taux métabolique puisse diminuer légèrement à mesure que la grossesse arrive à terme, il demeure élevé par rapport aux niveaux d’avant la grossesse pendant plusieurs semaines postpartum. Elle restera élevée pendant toute la durée de l’allaitement chez les femmes qui produisent du lait.

Changements de température corporelle

Une augmentation de la température basale du corps est l’un des premiers signes de grossesse. Une température à cœur légèrement plus élevée sera maintenue pendant toute la durée de la grossesse. Les femmes ont également un plus grand besoin d’eau pendant la grossesse. Ils peuvent être plus à risque d’hyperthermie et de déshydratation sans précaution pour faire de l’exercice en toute sécurité et demeurer hydratés.

Hyperthermie – surchauffe pendant la grossesse

Le stress dû à la chaleur pendant l’exercice suscite des inquiétudes pour deux raisons. Tout d’abord, une augmentation de la température centrale de la mère, comme dans l’hyperthermie, peut nuire au développement du bébé. Deuxièmement, la perte d’eau chez la mère, comme la déshydratation, peut diminuer la quantité de sang disponible pour le fœtus. Cela peut entraîner un risque accru de contractions prématurées.

Chez les femmes non enceintes, un exercice aérobique modéré entraîne une augmentation significative de la température corporelle. Les femmes enceintes, qu’elles fassent de l’exercice ou non, connaissent une augmentation générale du taux métabolique de base et de la température centrale. Les femmes enceintes régulent très efficacement leur température corporelle. L’augmentation du flux sanguin vers la peau et l’expansion de la surface de la peau libèrent une chaleur corporelle accrue.

Il a été démontré que les femmes enceintes n’ont pas autant d’augmentation de la température corporelle pendant l’exercice que celles qui ne sont pas enceintes. Cependant, les femmes enceintes devraient éviter de faire de l’exercice dans des vêtements non respirants et dans des conditions très chaudes ou humides, car l’impact de l’hyperthermie peut être grave.

Ce qui suit peut aider à réduire le risque de surchauffe pendant l’exercice :

  • utiliser des ventilateurs pendant les activités intérieures
  • exercice en piscine
  • porter des vêtements amples de couleur claire

Déshydratation

La plupart des femmes qui font de l’exercice pendant 20 à 30 minutes ou qui font de l’exercice par temps chaud et humide transpirent. Chez les femmes enceintes, la perte de fluides corporels due à la transpiration peut diminuer le flux sanguin vers l’utérus, les muscles et certains organes.

Le fœtus en développement a besoin d’un apport constant d’oxygène et de nutriments transportés par le sang, de sorte que des blessures peuvent résulter d’un manque de liquide.

Dans la plupart des cas, la consommation d’oxygène utérin est constante pendant l’exercice et le fœtus est en sécurité. Cependant, l’exercice physique peut être dangereux pour les femmes souffrant d’hypertension liée à la grossesse. C’est parce que cette condition limite le volume sanguin utérin, car les vaisseaux sanguins se bloquent et délivrent moins de sang dans la région.

Si vous êtes autorisée à faire de l’exercice pendant votre grossesse, assurez-vous de suivre les conseils du bon sens. Évitez la chaleur et l’humidité excessives et réhydratez-vous, même si vous n’avez pas soif.

À quels changements corporels pouvez-vous vous attendre pendant la grossesse ?
Noter cet article

Laisser un commentaire