Les différentes complications possible durant la grossesse

complications grossesse

Les complications peuvent survenir pendant la grossesse pour de nombreuses raisons. Parfois, l’état de santé actuel de la femme contribue aux problèmes. D’autres fois, de nouvelles conditions surviennent à cause des changements hormonaux et corporels qui surviennent pendant la grossesse.

Consultez toujours votre médecin si vous avez des inquiétudes au sujet de votre risque de complications pendant la grossesse. Parmi les complications les plus courantes, mentionnons les suivantes.

 

La Fausse couche

Une fausse couche est la perte d’une grossesse au cours des 20 premières semaines de la grossesse. Les raisons des fausses couches ne sont pas toujours connues. La plupart des fausses couches surviennent au cours du premier trimestre, soit au cours des 13 premières semaines de grossesse. Les anomalies chromosomiques peuvent empêcher le bon développement de l’ovule fécondé. Ou encore, des problèmes physiques du système reproducteur d’une femme peuvent rendre difficile la croissance d’un bébé en bonne santé.

Les fausses couches sont parfois appelées avortements spontanés, car le corps se débarrasse du fœtus comme s’il s’agissait d’une procédure d’avortement. Le signe le plus courant de fausse couche est un saignement vaginal anormal.

D’autres symptômes peuvent inclure des douleurs et des crampes abdominales basses et une disparition des symptômes de la grossesse, comme les nausées matinales.

La plupart des fausses couches ne nécessitent pas d’intervention chirurgicale. Lorsqu’une fausse couche survient en moins de 12 semaines, les tissus se dissolvent ou passent spontanément sans qu’il soit nécessaire d’intervenir davantage. Certains auront besoin de médicaments ou d’une intervention mineure au bureau ou en salle d’opération pour faciliter le passage des tissus.

La Grossesse extra-utérine

Un ovule fécondé implanté à l’extérieur de l’utérus est une grossesse . L’œuf se dépose généralement dans l’une des trompes de Fallope. En raison de l’espace restreint et du manque de tissus nourriciers, le fœtus ne peut pas grandir correctement. Une grossesse extra-utérine peut causer de graves douleurs et des dommages au système reproducteur d’une femme, et peut mettre sa vie en danger. Au fur et à mesure que le fœtus continue de grandir, il peut provoquer l’éclatement des trompes de Fallope, ce qui entraîne de graves hémorragies internes (hémorragies).

Le fœtus ne survivra pas à une grossesse extra-utérine. Une intervention chirurgicale et/ou des médicaments sont nécessaires, ainsi qu’une surveillance attentive du système reproducteur de la femme par un gynécologue. Les causes de la grossesse extra-utérine comprennent un état dans lequel le tissu cellulaire qui se développe habituellement dans l’utérus se développe ailleurs dans le corps (endométriose), et les cicatrices aux trompes de Fallope d’une infection sexuellement transmissible précédente.

Le Diabète gestationnel

Le diabète gestationnel est une forme de diabète qui est diagnostiquée pendant la grossesse. Cela signifie que vous êtes également plus à risque de développer le diabète après la grossesse. Comme le diabète de type 2, le diabète gestationnel est causé par la résistance à l’insuline (votre corps ne répond pas correctement à l’hormone insuline). Pour la plupart des femmes, le diabète gestationnel ne cause aucun symptôme notable.

Bien que la majorité des femmes atteintes de diabète gestationnel donnent naissance à des bébés en santé, cette condition peut augmenter le risque que le bébé ait un corps plus grand que la normale.

D’autres risques pour la santé du bébé :

  • jaunisse
  • syndrome de détresse respiratoire
  • niveaux anormalement bas de minéraux dans le sang
  • hypoglycémie

Le diabète gestationnel est traité par des changements dans l’alimentation et une surveillance étroite de la glycémie. Des médicaments oraux pour abaisser le taux de glucose peuvent également être nécessaires. L’objectif est de maintenir le taux de sucre de la mère à un niveau normal jusqu’à la fin de la grossesse.

Le Col de l’utérus incompétent ou insuffisance cervicale

Un bébé en pleine croissance exerce une pression continue sur le col de l’utérus d’une femme enceinte. Dans de rares cas, la pression devient trop forte pour que le col de l’utérus puisse la manipuler. Le col de l’utérus s’ouvrira avant que le bébé ne soit prêt à naître, ce qu’on appelle une insuffisance cervicale ou un col incompétent. Les femmes qui ont déjà eu une grossesse compliquée par une insuffisance cervicale ou qui ont subi une chirurgie du col de l’utérus sont les plus vulnérables.

Les symptômes sont souvent vagues et non spécifiques. La plupart des femmes qui souffrent d’insuffisance cervicale ne savent pas que leur col de l’utérus s’amincit ou se raccourcit. La caractéristique de cette condition est qu’elle est indolore. Cependant, certaines femmes font état d’une sensation de pression ou de crampes légères.

L’insuffisance cervicale est diagnostiquée en mesurant la longueur du col par échographie. Le traitement peut comprendre l’alitement, des suppositoires vaginaux de l’hormone progestérone, ou une procédure appelée cerclage. Un cerclage est une intervention chirurgicale mineure au cours de laquelle des bandes de fil solide sont cousues autour du col de l’utérus pour le renforcer et le maintenir fermé.

Le traitement de l’insuffisance cervicale dépendra de nombreux facteurs, y compris la longueur de votre col de l’utérus, votre âge gestationnel et le résultat des grossesses précédentes si vous avez déjà été enceinte.

Le Décollement placentaire

Le décollement placentaire se produit lorsque le placenta se sépare complètement ou partiellement de l’utérus avant la naissance d’un bébé. Cette séparation signifie qu’un fœtus ne peut pas recevoir les nutriments et l’oxygène appropriés. Un décollement placentaire se produit le plus souvent au cours du troisième trimestre de la grossesse. Les symptômes courants comprennent des saignements vaginaux, des contractions et des douleurs abdominales.

Il n’y a pas de réponse définitive à la question de savoir pourquoi les abruptions se produisent. On pense que les traumatismes physiques peuvent perturber le placenta. L’hypertension artérielle peut également endommager la connexion entre le placenta et l’utérus.

Un certain nombre de facteurs peuvent augmenter votre risque de décollement. Les femmes enceintes souffrant d’hypertension artérielle sont beaucoup plus susceptibles d’avoir une brusque rupture. C’est vrai pour les problèmes de pression artérielle qui ne sont pas liés à la grossesse, comme l’hypertension chronique, et les problèmes liés à la grossesse comme la toxémie (prééclampsie).

La probabilité d’une rupture est étroitement liée au nombre et à la nature de vos grossesses précédentes. Plus vous avez eu de bébés, plus le risque de rupture est grand. Plus important encore, si vous avez déjà eu une rupture dans le passé, vous avez environ 1 chance sur 10 d’avoir une rupture avec votre prochaine grossesse.

D’autres facteurs qui peuvent augmenter le risque de décollement placentaire sont le tabagisme et la consommation de drogues.

Le Placenta praevia

Le placenta praevia est une complication rare de la grossesse qui se produit si le placenta s’attache à la partie inférieure de la paroi utérine d’une femme, recouvrant partiellement ou complètement le col utérin. Lorsqu’elle survient, elle survient habituellement au cours du deuxième ou du troisième trimestre.

Cependant, certaines femmes ont un placenta bas au début de la grossesse. Un médecin surveillera l’état de la maladie. Mais souvent le placenta se déplace à l’endroit approprié sans aucune intervention.

Le placenta praevia devient un état plus grave au cours du deuxième ou du troisième trimestre. Elle peut entraîner des saignements vaginaux abondants. S’il n’est pas traité, le placenta praevia peut entraîner des saignements suffisamment abondants pour causer un choc maternel ou même la mort. Heureusement, la plupart des cas de cette maladie sont détectés tôt et traités de façon appropriée.

Le Liquide amniotique faible ou en excès

Le liquide amniotique coussine l’utérus pour protéger le fœtus d’un traumatisme. Il aide aussi à maintenir la température à l’intérieur de l’utérus. Avoir trop peu de liquide amniotique (oligohydramnios) ou trop de liquide amniotique (polyhydramnios) interfère avec certaines fonctions normales de l’utérus.

Un faible taux de liquide amniotique peut empêcher un bébé de développer correctement ses muscles, ses membres, ses poumons et affecter son système digestif.

La plupart des cas d’excès de liquide amniotique sont légers et ne causent pas de problèmes.

Dans de rares cas, une trop grande quantité de liquide amniotique peut causer  :

  • une rupture prématurée des membranes amniotiques
  • un décollement placentaire
  • un travail prématuré et accouchement
  • une hémorragie post-partum (saignement après l’accouchement)

Une absence ou un excès de liquides est habituellement détecté au cours du deuxième trimestre lorsque le fœtus commence à pratiquer la respiration et aspire le liquide amniotique. Pour celles qui ont trop peu de liquide amniotique, une solution saline peut être pompée dans le sac amniotique pour aider à réduire le risque de compression ou de blessure aux organes de l’enfant pendant l’accouchement.

Pour ceux qui ont trop de liquide amniotique, des médicaments peuvent être utilisés pour réduire la production de liquide. Dans certains cas, une procédure pour drainer l’excès de liquides (amnioréduction) peut être nécessaire. Dans les deux cas, si ces traitements s’avèrent inefficaces, une grossesse provoquée ou une césarienne peut être nécessaire.

La Prééclampsie

La prééclampsie est une affection caractérisée par une tension artérielle élevée et un taux élevé de protéines dans l’urine de la femme. Grâce à elle se développe généralement dans la grossesse plus tard, après 20 semaines de gestation, il peut se développer plus tôt dans la grossesse, ou même post-partum. Les médecins ne sont pas sûrs de ce qui cause la pré-éclampsie, et elle peut varier de légère à grave.

Dans les cas graves, les symptômes de la prééclampsie peuvent inclure :

  • maux de tête sévères
  • perte de vision floue ou temporaire
  • douleur dans la partie supérieure de l’abdomen
  • nausée
  • vomissement
  • vertige
  • diminution de la production d’urine
  • prise de poids soudaine
  • enflure du visage et des mains

Vous devriez appeler votre médecin ou vous rendre à l’urgence immédiatement si vous avez de graves maux de tête, une vision trouble ou des douleurs abdominales.

Pour la plupart des femmes, la prééclampsie n’affectera pas la santé du bébé. Cependant, certains cas de pré-éclampsie peuvent empêcher le placenta de recevoir suffisamment de sang. La prééclampsie peut causer de graves complications chez la mère et le bébé.

Certaines complications comprennent :

  • croissance lente
  • faible poids à la naissance
  • naissance prématurée
  • difficultés respiratoires pour le bébé
  • décollement placentaire
  • syndrome de HELLP
  • eclampsie ou convulsions

Le traitement recommandé pour la prééclampsie est l’accouchement du bébé et du placenta pour prévenir la progression de la maladie. Votre médecin discutera des risques et des avantages concernant le moment de l’accouchement. Votre médecin vous conseillera peut-être d’attendre l’accouchement pour que le bébé puisse grandir davantage. Dans ce cas, une surveillance étroite aurait lieu pour assurer votre sécurité et celle de bébé.

Des médicaments contre l’hypertension artérielle (antihypertenseurs) sont parfois pris, et des corticostéroïdes peuvent être utilisés pour aider à la maturation des poumons d’un bébé en vue d’un accouchement précoce. Des médicaments antitiseizure sont pris dans de nombreux cas. Les crises peuvent être une complication courante et grave pour la mère et l’enfant.

Le Travail prématuré

Le travail est considéré comme prématuré lorsqu’il survient après 20 semaines et avant 37 semaines de grossesse. Traditionnellement, le diagnostic est posé lorsque des contractions utérines régulières sont associées à l’ouverture (dilatation) ou à l’amincissement (effacement) du col.

La majorité des cas de travail prématuré et de naissance surviennent spontanément. Cependant, jusqu’à un quart d’entre eux sont le résultat d’une décision intentionnelle. Ces cas sont généralement dus à des complications chez la mère ou le bébé. La meilleure façon de les traiter est de procéder à l’accouchement, même si la mère n’est pas encore à la date prévue.

Le travail prématuré nécessite des soins médicaux rapides. Une femme qui éprouve des symptômes d’accouchement prématuré peut être alitée ou recevoir des médicaments pour arrêter les contractions. En fait, bon nombre d’entre eux accouchent à terme.

Il y a une foule de facteurs de risque associés au travail et à l’accouchement prématurés, notamment :

  • tabagisme
  • des soins prénatals inadéquats
  • des antécédents d’avortements multiples
  • des antécédents de naissances prématurées
  • un col de l’utérus incompétent
  • fibromes utérins
  • infections des voies urinaires et autres infections

 

La Thrombose veineuse

La thrombose veineuse est un caillot sanguin qui se développe normalement dans une veine d’une jambe. Les femmes sont sensibles aux caillots tout au long de la grossesse et de l’accouchement, et particulièrement après l’accouchement (post-partum). Le corps augmente la capacité de coagulation du sang pendant l’accouchement, et parfois l’utérus hypertrophié rend difficile le retour du sang dans le bas du corps au cœur. Les caillots près de la surface sont plus fréquents. La thrombose veineuse profonde est beaucoup plus dangereuse et beaucoup moins fréquente.

Les femmes courent un plus grand risque de développer des caillots si elles :

  • vous avez des antécédents familiaux de thrombose
  • ont plus de 30 ans
  • vous avez déjà eu au moins trois accouchements antérieurs
  • ont été confinés dans un lit
  • sont en surpoids
  • vous avez déjà eu une césarienne dans le passé
  • fumer

La Grossesse molaire

Une grossesse molaire est une anomalie du placenta. C’est quand une masse anormale, au lieu d’un embryon normal, se forme à l’intérieur de l’utérus après la fécondation. Aussi appelée maladie trophoblastique gestationnelle, les grossesses molaires sont rares.

Il existe deux types de grossesses molaires : les grossesses complètes et les grossesses partielles. Les grossesses molaires complètes se produisent lorsque le sperme féconde un ovule vide. Le placenta se développe et produit l’hormone de grossesse hCG, mais il n’y a pas de foetus à l’intérieur. Une grossesse molaire partielle se produit lorsqu’une masse se forme qui contient à la fois les cellules anormales et un embryon qui a de graves défauts. Dans ce cas, le fœtus sera rapidement vaincu par la masse anormale croissante.

Une grossesse molaire nécessite une dilatation et un curetage (D&C) immédiats et un suivi attentif, car le tissu molaire peut recommencer à croître et même se transformer en cancer.

Le Syndrome d’alcoolisme fœtal

Le syndrome d’alcoolisme fœtal survient lorsqu’il y a des déficiences mentales et physiques qui se développent chez un fœtus lorsqu’une mère boit de l’alcool pendant sa grossesse. L’alcool traverse le placenta, ce qui a été lié au retard de croissance et au développement du cerveau.

Le Syndrome de HELLP

Le syndrome HELLP (hémolyse, enzymes hépatiques élevées et faible numération plaquettaire) est une affection caractérisée par des anomalies hépatiques et sanguines. Le syndrome de HELLP peut se produire seul ou en association avec la prééclampsie.

Les symptômes du syndrôme de HELPP comprennent souvent :

  • nausée
  • douleur gastro-intestinale
  • maux de tête
  • démangeaisons intenses

Le traitement de HELLP exige habituellement la livraison immédiate, car il y a un risque accru de complications graves pour la santé de la mère. Les complications comprennent des dommages permanents au système nerveux, aux poumons et aux reins.

L’ Eclampsie

L’éclampsie survient lorsque la prééclampsie progresse et attaque le système nerveux central, provoquant des crises. C’est une maladie très grave. Si elle n’est pas traitée, elle peut être mortelle pour la mère et le bébé. Cependant, avec des soins prénatals appropriés, il est très rare que la prééclampsie plus facile à gérer évolue vers l’éclampsie.

Les différentes complications possible durant la grossesse
Noter cet article

Laisser un commentaire